Actus de la semaine

Actus de la semaine

15-05-2022

DIFFERENTES INFOS REGIONALES, NATIONALES & INTERNATIONALES :

INFOS INTERNATIONALES

Frontex : symbole d’une politique migratoire européenne en crise. À regarder, le documentaire complet sur Arte.

Frontières européennes : exigeons un accueil inconditionnel pour toutes les personnes en danger. A l’occasion de la journée de l’Europe, La Cimade alerte sur la gravité de la situation en lançant cet appel : « nous refusons que la « protection » des frontières prime sur la protection des vies humaines ! ». (La Cimade).

« Vida sin rastro » (Vie sans trace), campagne internationale initiée par l’association espagnole APDHA (Asociación Pro Derechos Humanos de Andalucía) et soutenue par plus d’une centaine d’organisations internationales dont La Cimade, pour la création de protocoles en ce qui concerne les droits des personnes décédées et/ou disparues ainsi que leurs familles (La Cimade).

Nouvel appel de Human Rights Watch pour libérer les migrants détenus en Ukraine ; à lire sur Infos Migrants.

Les drames se succèdent dans l’Atlantique. Près de 30 morts au large des Canaries, quelques heures après un autre naufrage (Info Migrants).

Sauvetage en Méditerranée des personnes exilées, avec l’Ocean Viking - Voir l’émission « immersion" sur Youtube.

Italie. Plus de 10 000 mineurs non accompagnés sont arrivés dans le pays par la mer en 2021 ; à lire sur Infomigrants.

Plus de 23.000 mineurs non accompagnés en Europe en 2021, selon Eurostat. À lire sur Lalibre.be.

En Angleterre, le marché du travail est de moins en moins un eldorado pour les migrants ( Infomigrants).

Suite des nouvelles de Riace. « La situation est très dure, mais Domenico et son association Citta Futura, ont été désignés par l'ARCI (la plus grande association italienne d'éducation sociale, 1 million d'adhérents) pour accueillir à Riace des réfugiés en provenance d’Ukraine. Ils l'on fait et ont aussi accueilli des famille afghanes. Grâce à la solidarité, Citta Futura a recueilli plus de 300 000 euros qui étaient destinés à payer les amendes exorbitantes qui ont accompagné les peines de prison. Ils ont  décidé d'employer cet argent à relancer des activités de soutien scolaire et d'enseignement de l’Italien aux étrangers. Donc, malgré un climat d'hostilité distillé par   la nouvelle mairie, les activités et l'accueil reprennent doucement à Riace; C'est une épreuve de force, mais elle n'est pas perdue ! ». (Shu Aiello, réalisatrice du film sur Riace, « Un passe di Calabria ».

 

INFOS NATIONALES

Frontex, la chute d’une « affaire française ». D’après une note du gouvernement français, récupérée par « Le Monde » et le média collaboratif « Lighthouse Reports », un rapport accuse le patron de Frontex, le Français Fabrice Leggeri, d’avoir « fermé les yeux » sur des refoulements illégaux de migrants en mer Egée, de s’être entendu avec les autorités grecques pour fournir une version concordante à la Commission européenne et d’avoir « commis un parjure » devant le Parlement européen (Le Monde).

« Sortir » des traités internationaux et européens pour « contrôler » l’immigration : de nombreuses déclarations politiques, de la Droite à l’Extrême-Droite, se font entendre dans ce sens. Qu’en dit le Droit ? Réponse de l’Institut « convergences migrations » : Icmigrations.

L’errance de jeunes mis à l’abri puis remis à la rue, à Paris. À lire sur lecourrierdelatlas.com.

Repenser l’accueil des migrants. La crise sanitaire et la guerre en Ukraine peuvent avoir un impact positif sur l’accueil des migrants. C’est ce que démontrent l’anthropologue Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et la sociologue Pauline Doyen dans le cadre du comité d’experts en sciences sociales fruit du partenariat entre la CFDT et la Fondation Jean-Jaurès. À lire sur syndicalismehebdo.fr.

La préfecture de Guadeloupe expulse un demandeur d’asile sans avoir organisé au préalable l’étude de sa demande (La Cimade).

Grande-Synthe : les personnes « non identifiables » accèdent enfin à la justice. Suite à la destruction totale de deux lieux de vie informels à Grande-Synthe les 13 et 26 octobre 2021, des personnes exilées avaient saisi début décembre 2021 le Tribunal judiciaire de Dunkerque afin d’attaquer la légalité de ces opérations d’expulsion et de faire condamner en conséquence la commune de Grande-Synthe. L’audience a eu lieu cette semaine ; à lire, le communiqué des organisations signataires : Gisti.

Que faire en attendant la régularisation ? Vous n’avez pas de titre de séjour, et vous ne pouvez pas en demander dans l’immédiat…Vous pouvez dès maintenant commencer à préparer les papiers dont vous aurez besoin quand vous irez à la préfecture. Toutes les précisions sur La Cimade.

Des travailleurs sans-papiers, exploités sur le chantier des JO de Paris ; ils espèrent une embauche (Info Migrants).

500 exilés évacués d'un campement de fortune installé depuis plusieurs mois sur un parking à Pantin (Seine-Saint-Denis). Ils y vivotaient dans des conditions insalubres (Sud Radio).

« La santé des migrants » par Didier Fassin, médecin-anthropologue. À écouter sur Radio France.

 

INFOSGIONALES

L’association « les Refuges solidaires » recherche des familles accueillantes, la capacité des « Terrasses solidaires » (60 personnes) pouvant prochainement être dépassée (Refuges solidaires).

 

INFOS MARSEILLE

“Après 60 ans en France, rentrez «chez vous» !” ; le « Touniquet » n°45, journal de La Cimade Sud-Est relatif aux audiences du Juge des libertés et de la détention (JLD) du centre de rétention administrative (CRA) de Marseille, raconte : M. X. a 67 ans et il est malade. Il est arrivé d’Algérie en France à 8 ans, en 1962. Il n’a pas de titre de séjour. C’est donc simple, pour la Préfecture : il est en séjour irrégulier, il faut le renvoyer en Algérie. La logique du tribunal est la même : puisque ce monsieur est en situation irrégulière, il doit être expulsé. Et puisqu’il veut rester en France, il doit rester en rétention… Encore trente jours.

Cours de français du Mamba : les lundi, mercredi et vendredi de 9h30 à 11h30 aux « grandes tables » de la friche, 41 rue Jobin - tout niveau -; les mardi de 14h00 à 17h00, atelier de conversation - niveau moyen et avancé - ; mercredi de 16h00 à 18h00, 8 rue Barbaroux - tout niveau - ; vendredi de 17h00 à 19h00, 8 rue Barbaroux - tout niveau - ; jeudi de 13h30 à 15h30 (en non-mixité, sans hommes, cisgenre) à Manifesten, 59 rue Thiers (avec accueil des enfants).

Les ukrainiens à Marseille : plus de 830 réfugiés vivent depuis plus d’un mois sur le « liberté », bateau de la Corsica Linea. Reportage à lire dans le journal Le Monde.

Deux concerts de soutien aux Ukrainiens et aux réfugiés, annoncés par la Ville de Marseille, dans les semaines qui viennent. Le premier, caritatif, permettra de lever des fonds pour l’Ukraine. Et le second sera gratuit et donné en l’honneur des réfugiés ukrainiens accueillis à Marseille (Made in Marseille).

Le cycle sans fin des expulsions de squatteurs à Marseille ; à lire dans le journal Le Monde et La Provence.

Evacuation au Parc Kalliste. 104 personnes dont 18 femmes et 27 enfants, ont été expulsées cette semaine par la Préfecture. Elles occupaient illégalement, mais par obligation, le bâtiment G qui doit être démoli, Elles ont été dirigées vers deux gymnases, puis des hôtels et des dispositifs d’urgence, mais cela ne dure qu’un temps très court, après c’est à nouveau la rue. Pourtant, nous rappelons dans presque chaque numéro que l’hébergement est un droit inconditionnel. Combien de temps encore les autorités brandiront-elles la loi uniquement pour expulser ?

 

LA VIE DU SEAU HOSPITALI

Des refus de guichet systématiques en Préfecture des Bouches du Rhône pour les personnes en provenance d’Ukraine ressortissantes de pays tiers. Dans le cadre des missions du Réseau Hospitalité liées au Droit et à l’accès aux Droits, il a été mis en place une veille sur les pratiques préfectorales locales en matière d’instruction des demandes de protection temporaire des personnes en provenance d’Ukraine mais non ressortissant.e.s Ukrainien.ne.s. Il a été constaté que la Préfecture oppose des refus de guichet (enregistrement des demandes) des personnes ayant un droit au séjour permanent en Ukraine et fuyant le conflit. Si elles sont prises en charge sans discrimination au sein des dispositifs d’accueil dévolus aux ukrainien.ne.s mis en place à Marseille, il n’en est pas de même au niveau de l’accueil qui leur est fait en Préfecture. Pourtant, selon les dispositions réglementaires (de la Commission Européenne, de l’UNHCR et nationale) ces personnes ne devraient pas être exclues de la protection temporaire octroyée aux personnes en provenance d’Ukraine ! C’est en accompagnant une personne de nationalité Guinéenne en provenance d’Ukraine que nous avons pu constater cette pratique et confronter sa situation à des dizaines d’autres. Avec l’aide du Réseau Hospitalité et ses partenaires avocat.e.s, cette personne a finalement pu voir (enfin!) sa situation étudiée et la protection temporaire à laquelle elle avait droit lui être octroyée. Nous continuons à suivre d’autres situations et à faire le lien avec des associations et avocat.e.s dans d’autres régions de France afin de faire remonter les pratiques de la Préfecture des BDR et mettre en avant les irrégularités qu’elle applique dans le traitement des demandes qui lui sont faites.

Initier un Réseau Hospitalité en Corse. Deux membres étaient cette semaine sur l’île de beauté, à la demande de militant/es d’Ajaccio et de Bastia pour rassembler des personnes et organisations intéressées par cette proposition. Un grand défi sur un territoire très agricole où l’exploitation de la main d’oeuvre immigrée, et notamment « sans-papier » y est systématisée. 6 participant/es à Ajaccio, 20 à Bastia ; c’est peu compte-tenu des invitations lancées, mais suffisant pour démarrer un mouvement. Des projets sont en cours de réflexion ; nous vous tiendrons au courant.

 

CULTURE

« Contre l’oubli et l’indifférence », récits de migrant/es recueillis en Corse par Pitrina Govi Mattei. Elle est l’un des piliers des mobilisations en Corse. Militante à RESF, elle retransmet, par une écriture digne des grands écrivaines, des tranches de vie très représentative du sort des personnes contraintes à l’exil. Prenez un mouchoir à côté de vous, c’est extrêmement touchant ! Edition Les Bons Caractères, collection Témoignages.